lundi 29 avril 2019

Longévité et pollution atmosphérique. La mort de la mort. Avril 2019. N° 121.


Chaque jour, nous inspirons 14 kilos d'air. L'air se compose notamment d'environ 21 % d'oxygène, cette substance qui nous est indispensable mais qui, durant la majeure partie de l'histoire de la vie, fut un poison violent. Outre les gaz cités, lors de la respiration, nous avalons aussi, de manière involontaire quantité de substances, dont certaines sont nuisibles à notre organisme. La plupart de ces substances seront rejetées soit presque immédiatement lors de l’expiration, soit par la toux ou encore dans le mucus que nous évacuons en nous mouchant. Mais certaines substances nocives s’installent durablement dans notre corps.

Pour lire le reste de la lettre mensuelle :

vendredi 29 mars 2019

L'Union européenne et la longévité. La mort de la mort. Mars 2019. N° 120.

Alors que les recherches les plus affirmées dans le champ de la longévité et les scientifiques les plus renommés se trouvent souvent aux Etats-Unis et que la part du PIB consacrée à la santé y est bien plus élevée, l'Europe est plus avancée pour la longévité.

La recherche scientifique européenne pourrait permettre des progrès considérables dans un avenir guère éloigné. Voici quelques raisons de l'envisager.


Pour lire le reste de la lettre mensuelle :
https://heales.org/healesfr/2019/03/29/lunion-europeenne-et-la-longevite-la-mort-de-la-mort-mars-2019-n-120/

mercredi 27 février 2019

Les télomères. La mort de la mort. Février 2019. N° 119.

Aux extrémités de nos chromosomes, il y a une partie "non codante", n'ayant pas d'utilité directe connue, il s'agit des télomères. A chaque division cellulaire normale, une partie de ce télomère disparait. Lorsque le nombre de divisions a été important, l'ensemble de cette zone non codante a disparu et la cellule ne peut plus se diviser correctement.


Pour lire le reste de la lettre mensuelle :

jeudi 31 janvier 2019

¿ Viva la muerte ? La mort de la mort. Janvier 2019. N° 118.


Jamais au grand jamais, pour l'immense majorité des humains, nous ne souhaiterons la mort d'une autre personne. 

Si nous apercevons une personne en danger de mort et que nous sommes seuls à pouvoir agir, la plupart des femmes et les hommes tenteront de la sauver même s'il y a un petit risque pour sa propre vie.

Et pourtant, pour les sauver collectivement de la vieillesse...

Pour lire le reste de la lettre mensuelle :