vendredi 29 mars 2019

L'Union européenne et la longévité. La mort de la mort. Mars 2019. N° 120.

Alors que les recherches les plus affirmées dans le champ de la longévité et les scientifiques les plus renommés se trouvent souvent aux Etats-Unis et que la part du PIB consacrée à la santé y est bien plus élevée, l'Europe est plus avancée pour la longévité.

La recherche scientifique européenne pourrait permettre des progrès considérables dans un avenir guère éloigné. Voici quelques raisons de l'envisager.


Pour lire le reste de la lettre mensuelle :
https://heales.org/healesfr/2019/03/29/lunion-europeenne-et-la-longevite-la-mort-de-la-mort-mars-2019-n-120/

mercredi 27 février 2019

Les télomères. La mort de la mort. Février 2019. N° 119.

Aux extrémités de nos chromosomes, il y a une partie "non codante", n'ayant pas d'utilité directe connue, il s'agit des télomères. A chaque division cellulaire normale, une partie de ce télomère disparait. Lorsque le nombre de divisions a été important, l'ensemble de cette zone non codante a disparu et la cellule ne peut plus se diviser correctement.


Pour lire le reste de la lettre mensuelle :

jeudi 31 janvier 2019

¿ Viva la muerte ? La mort de la mort. Janvier 2019. N° 118.


Jamais au grand jamais, pour l'immense majorité des humains, nous ne souhaiterons la mort d'une autre personne. 

Si nous apercevons une personne en danger de mort et que nous sommes seuls à pouvoir agir, la plupart des femmes et les hommes tenteront de la sauver même s'il y a un petit risque pour sa propre vie.

Et pourtant, pour les sauver collectivement de la vieillesse...

Pour lire le reste de la lettre mensuelle :

jeudi 27 décembre 2018

Quand la vie suspend son vol. La mort de la mort. Décembre 2018. N° 117.


Les organismes cellulaires vivent, se reproduisent et meurent depuis des centaines de millions d'années. La vie, telle que nous la concevons de manière intuitive est un ensemble de mécanismes complexes par lesquels chaque entité maintient son métabolisme moyennant des échanges multiples et abondants avec le monde extérieur.

Mais chez de nombreuses espèces vivantes, dans certaines circonstances, la vie "suspend son vol". Autrement dit, le métabolisme se ralentit considérablement.

Pour lire le reste de la lettre mensuelle :

mardi 4 décembre 2018

Quelques perspectives sociales et culturelles de thérapies de rajeunissement. La mort de la mort. Novembre 2018. N° 116.




Très souvent, ceux à qui on parle de longévité humaine imaginent un monde de vieillards décrépits et sans énergie. Or, la recherche scientifique relative au vieillissement vise à réduire et même à interrompre les processus de vieillissement.
Dans la suite de cette lettre, quelques enjeux et les conséquences sociales, politiques et culturelles potentielles de techniques de réjuvénation seront abordés.

Pour lire le reste de la lettre mensuelle :
https://heales.org/healesfr/2018/12/04/quelques-perspectives-sociales-et-culturelles-de-therapies-de-rajeunissement-la-mort-de-la-mort-novembre-2018-n-116/



mardi 30 octobre 2018

Les sénolytiques. La mort de la mort. Octobre 2018. N° 115.


Lorsqu'une cellule fonctionne mal, elle est normalement éliminée rapidement. Il existe de nombreux mécanismes qui aboutissent à la mort de la cellule, le plus connu étant l'apoptose parfois appelé aussi "suicide cellulaire".

Mais il arrive également que des cellules nuisibles au reste de l'organisme continuent à vivre. Le cas le plus connu est celui du cancer, une multiplication "anarchique" de cellules qui aboutit au décès de l'individu porteur si les mécanismes de contrôle de l'organisme ou une thérapie adéquate n'interrompent pas la multiplication.

Cellules sénescentes
Une autre grande catégorie de cellules en mauvaise santé fait l'objet, depuis quelques années, d'une grande attention de la part des chercheurs actifs dans le domaine de la lutte contre le vieillissement. Il s'agit des cellules dites "sénescentes".

Pour lire le reste de la lettre mensuelle :



jeudi 27 septembre 2018

Pour une station internationale de la longévité. La mort de la mort. Septembre 2018. N° 114.

L'International Space Station (ISS)

Parfois la nuit, nous pouvons la voir à l'oeil nu. Elle est un point de lumière plus visible qu'une étoile et qui accomplit chaque 97 minutes le tour de notre planète. Elle passe à 400 kilomètres d'altitude, bien loin de la minuscule pellicule d'atmosphère qui enveloppe toutes les formes de vie que nous connaissons, tout ce que nous avons de nos rêves les plus fous à nos cauchemars les plus atroces.


Et si nous créions un lieu international pour la longévité? Pour lire le reste de la lettre mensuelle : https://heales.org/healesfr/2018/09/27/pour-une-station-internationale-de-la-longevite-la-mort-de-la-mort-septembre-2018-n-114/